mardi 8 avril 2014

Cancer et alimentation vivante

Je vous invite à découvrir cet article passionnant qui provient du site: http://veganbio.typepad.com et qui a été traduit d’anglais par Colette. Voici la copie de sa première partie:

“Contrairement à d'autres éducateurs en alimentation crue, qui peuvent se targuer d'une expérience de 10, 20 ou même 30 annnées d'expérience, je suis une relativement nouvelle venue dans le monde du manger des aliments végétaux, non transformés, vivants, crus. Mais je suis une nouvelle venue dont la vie a été dramatiquement transformée en déménageant de ce qui était considéré comme une "alimentation saine" par les nutritionnistes conventionnels vers un mode alimentaire presque complètement cru.

Pendant plus de 20 ans j'ai souffert de fibromyalgie, un état qui provoque des douleurs chroniques dans différentes parties du corps, de la fatigue et d'autres symptômes souvent aléatoires. Quiconque a eu la fibromyalgie, ou connait quelqu'un qui l'a, comprendra que cela peut amener à un état profondément débilitant et douloureux. Mais, comme la plupart de ceux qui en souffrent, j'ai appris à vivre ma vie de façon à ce que beaucoup de gens qui me rencontraient ne le remarquaient même pas. Cependant à l'intérieur il y avait toujours de la douleur, de la fatigue et une limitation à ce que j'étais capable de faire.
Je n'avais jamais suffisamment d'énergie et souffrais de troubles du sommeil, de SII (Syndrome de l'Intestin Irritable), d'hypoglycémie et d'un brouillard cérébral qui compliquait souvent mon fonctionnement. Mon taux de sucre sanguin pouvait sortir de ses limites à tout moment, ce qui ajoutait encore d'autres symptômes. Je devais nourrir mon corps sans arrêt pour être sûre qu'il ait assez d'énergie pour surmonter les symptômes, et étais convaincue que j'avais besoin de protéines animales pour avoir assez de force. [...]

Ensuit, sans qu'on s'y attende, mon mari Neil fut diagnostiqué pour un cancer de la prostate après une visite médicale de routine. Ayant initialement considéré qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter, les médecins l'ont rapidement classifié en stade trois. Chirurgie ou hormones et radiation seraient nécessaires.
Nous mangions bien, pour autant que nous en sachions, donc cela fut un gros choc ; il n'était pas supposé être malade. Neil refusa de prendre pour argent comptant ce que les médecins lui avaient dit et décida d'essayer de se soigner par lui-même. Ceci signifiait des changements majeurs de mode de vie, une réduction du stress, plus d'exercice et des changements dans sa nourriture. En parallèle aux aliments spécifiquement anti-cancer à ajouter au régime, il décida aussi qu'il ne mangerait plus d'aliments transformés, de viande rouge, de produits laitiers et de sucre. Cette décision provoqua une révolution dans ma cuisine et je fus stupéfaite de remarquer combien d'aliments dans notre réfrigérateur et nos placards étaient transformés et à quel point combien ne collaient plus avec son nouveau régime. Je réalisais rapidement que la plupart de nos produits de base devraient disparaitre et que je devrais en venir à une nouvelle façon de créer des plats qui seraient encore nutritifs et délicieux.

Il y a quelque chose d'intéressant qui arrive quand vous arrêtez de consommer des produits transformés. Moins vous les mangez, moins vous avez envie de les manger. Donc, tout à fait naturellement nous avons commencé à manger plus d'aliments crus, tout ce qui nous arrivait sous sa forme naturelle que nous savions ne pas avoir été transformée.

Légumes
Nous avons développé un goût pour les légumes frais d'une façon que nous n'avions encore jamais expérimentée. C'était comme si le corps hurlait "donne-moi de la verdure ! donne-moi de la verdure !" et maintenant, évidemment, je comprends exactement ce qui s'est passé. Une fois que vous donnez à votre corps les nutriments véritables il réalise que c'est exactement ce dont il manque et que c'est ce dont il a besoin. Ce ne fut pas, de toutes les façons, un changement facile et j'ai eu à me battre avec une adaptation de mon approche à cuisiner d'une manière nouvelle. Pas de steak, de saucisse, de fromage ? Vous plaisantez ! Neil avait décidé clairement de ne plus manger de viande rouge, mais nous mangions encore occasionnellement tous les deux une petite part de poulet ou de poisson.

Alors que je recherchais de nouvelles idées de repas je commençais aussi à chercher quels aliments seraient bons pour aider le corps à s'alcaliniser et à soutenir la guérison du cancer. Ce fut durant cette recherche que je croisais le site Web de Marie-Claire Herman (ravishingraw.com).
Marie-Claire avait souffert de fibromyalgie parmi tout un tas d'autres troubles et problèmes de santé qui avaient tous été surmontés avec une alimentation crue. Son histoire de santé semblait tellement similaire à la mienne, mais elle m'offrait surtout l'espoir que, moi aussi, je pourrais aller mieux. Il n'y eut plus d'arrêt pour moi. Si cela avait marché pour elle, cela pouvait aussi marcher pour moi. L'une de mes forces est que lorsque je décide de faire quelque chose je me plonge de tout cœur dedans. J'ai téléchargé le e-livre gratuit de Marie-Claire qui donnait un programme de trois jours d'alimentation crue. Neil et moi-même suivirent ces trois jours ; nous avons adoré la nourriture, nous avons adoré la façon dont nous nous sentions et nous avons décidé sur le champ de rester "crus".

J'ai toujours été considérée par les amis et la famille comme une cuisinière accomplie. J'ai un talent naturel pour créer des plats délicieux et je suis fière de pouvoir faire un repas quels que soient les produits dont je dispose dans le réfrigérateur. Je ne me contenterais certes pas de repas crus médiocres et savais que je désirais continuer à préparer des plats dont ma famille et mes amis se régaleraient, exactement comme lorsque je les cuisais. Je devais me ré-entrainer comme "chef cru". Une autre chose importante était que l'alimentation devrait être facile et pas trop longue à préparer pour s'adapter à ma vie occupée. Je commençais à chercher des plats végétariens et à les adapter en plats végétaliens, crus. Je commençais à tester les recettes des autres, mais comme j'étais habituée à créer mes propres plats, je me suis vue désirer les changer et les améliorer à ma propre façon pour qu'ils s'adaptent à nos goûts et à notre mode de vie, bien que je manquais de connaissance et de technique pour cette nouvelle façon de manger.

Photos Living Light - Bannière 2

Mes talents de cuisinière mises au défi par notre décision de passer au cru, je commençais à chercher des cours et des possibilités de formation disponibles pour la novice que j'étais. J'ai envisagé de suivre une formation de chef aux USA avec Matthew Kenney ou Cherie Soria mais finalement je décidais que j'avais seulement besoin d'apprendre quelques nouvelles techniques et plus de compréhension sur la façon dont les différents groupes d'aliments fonctionnaient ensemble. Je me suis inscrite au cours en ligne "Raw chef At home" avec Russell James, le chef cru. A travers ses cours en vidéos j'ai appris à améliorer mes techniques de découpe et comment rendre les aliments attractifs tout en ayant un goût merveilleux. Ses cours m'ont appris le principe de la combinaison des saveurs, quelque chose que j'avais déjà pratiqué intuitivement dans l'alimentation cuite mais qui devait être revu dans ma cuisine crue. En trois mois je commençais à me sentir confiante et confortable avec la création de nouveaux plats crus, à partir de presque rien, de façon quotidienne.

Manger cru n'affecte pas seulement le corps. Quelque chose d'autre se produit qui affecte l'être tout entier. Les légumes crus, les noix, les graines, les fruits et les herbes sont remplis d'une énergie vibratoire élevée et ils vous font vous sentir plus léger, plus heureux et plus en harmonie. J'ai expérimenté cela dès les premiers mois de mon passage au cru. Je commençais à me réveiller avec joie le matin pour démarrer la journée et découvrais que je n'avais plus les sautes d'humeur auxquelles j'étais habituée avec la fibromyalgie et également la ménopause. Ces effets m'ont amenée à me poser la question de savoir ce que je souhaitais faire du reste de ma vie. Que pourrais-je faire avec tout ce surplus d'énergie, avec cet esprit dynamique et cette disponibilité que j'étais en train de créer en supprimant mes douleurs ?

....”

Bientôt la suite

Karolina

Enregistrer un commentaire